Hasegawa

PAYSAGE ECRIT - AQUARELLE de

Shoishi HASEGAWA

Artiste
HASEGAWA Shoichi
Technique
Aquarelle
Peinture ou dessin
Aquarelle
Support / Matériau
Autre
Format (cm)
33x50 cm

On retrouve dans cette aquarelle, les petits symboles récurants dans l’écriture d’Hasegawa, ainsi que la construction de ses paysages comme des îlots de vie à travers l’espace de nos rêves.

Biographie de HASEGAWA Shoichi

 

 

Shoichi HASEGAWA

La Galerie possède une collection exceptionnelle d'oeuvres du peintre graveur d'origine japonaise Soichi Hasegawa, collection constituée au fil des années et grâce à la confiance de l'artiste pour son éditeur.

Graveur et peintre japonais né en 1929 à Yaizu (Japon) et connu mondialement, Shoichi Hasegawa vient à Paris en 1961 approfondir son savoir sur les techniques de la gravure à l’eau forte en couleur et acquiert une maîtrise telle qu’il est très vite reconnu par plusieurs prix internationaux de gravures.

Les musées américains et européens ont également su saisir l’impact artistique en enrichissant leur collection d’œuvres peintes et gravées de Hasegawa, trait d’union entre les sensibilités orientales et occidentales.

Cette dualité se reflète à travers tout son œuvre où le firmament de son écriture symbolique et secrète joue avec des couleurs et des demi-teintes suggérées, transparentes et toujours harmonieuses.

 

Le peintre graveur et son oeuvre

« Les firmaments dans lesquels s'enchevêtre l’œuvre gravée de Shoichi Hasegawa rythment son processus créateur ouvert sur le long voyage de l'imaginaire entre l'Orient et le pays des impressionnistes.
Sa quête intérieure procède de chatoiements animés de couleurs et d'harmonies aussi personnelles que lumineuses.

A la recherche de nouvelles dimensions, le jeune peintre imprégné de tradition japonaise rejoint le groupe NIKA (peinture moderne) en 1955 et réalise son rêve dès les années 1960 en s'installant définitivement en France. Dès lors, son expression graphique se caractérise par les dualités : tradition-modernisme, abstraction-figuration, Orient-Occident.

Il adapte très rapidement les techniques de la gravure qu'il découvre il y a une trentaine d’années auprès de Hayter à l'Atelier 17. A sa manière, il dépasse les procédés d'eau-forte classique et d'aquatinte pour conquérir son espace artistique propre par une alchimie entre le vernis, les essences et les acides.

La superposition des encres créée des tons secondaires ou tertiaires et voile l'éclat du papier autour du trait mordu par l'acide, dont le relief ressort sculpté et blanc sur l'estampe.
Les couleurs dotées d'une gamme de valeurs très différentes traduisent par leur frêle transparence la précarité d'un instant.

Le regard toujours confronté à la mouvance de la lumière s'installe parfois sur les profils de la nature ou de vaisseaux légendaires puis s'envole vers une myriade de signes faunesques ou abstraits.

De chacune de ses gravures émergent, évanescents, une multitude de détails formels tel le songe d'une cité mémorisée dans les tréfonds de notre conscience ou l'architecture d'un flocon de neige qui s'élance dans des nimbes éthérées.

Sa création graphique, au-delà du signe artistique nourri de l'évocation comme de l'abstraction, s'envole à partir d'un arpège technique cependant régulièrement mis au défi afin de médiatiser au meilleur de sa délicatesse l'appel intérieur.

Les gravures de Shoichi Hasegawa reflètent une poésie issue du climat orientaliste et du modernisme occidental où l'émotion heureuse, féconde et mystérieuse prolonge le manifeste esthétique.

Emanation d'une vie spirituelle active, chaque estampe chargée d'énergie témoigne un renouvellement hors pair dont l'écho se rapproche du bonheur ».

François Calvy

 

Les dates importantes

1946      Juste après la guerre, il commence la peinture dans l’atelier de Maître Koga à Yaizu.

1951      Il s’installe à Tokyo où il débute ses activités d’artiste.

1957      Première exposition personnelle à Tokyo.

1959      «  Galerie Tokyo », la galerie la plus grande et la plus réputée de Tokyo lui ouvre sa porte et lui offre de participer à une exposition.

1961      Expose à l’Institut franco Japonais de Tokyo juste avant de quitter le Japon.

Shoichi Hasegawa quitte le Japon pour la France avec son épouse pour apprendre la technique de la gravure à l’eau-forte en couleur dans le célèbre « Atelier 17 » sous la direction de S.W. HAYTER où Picasso et Miro et bien d’autres artistes importants avaient appris la gravure avant lui .

1965      Il remporte le prix d’achat du musée d’Art Moderne à la Biennale Internationale de gravure de Ljubljana.

1968      Obtient le premier prix de gravure à l’exposition internationale de Côme en Italie.

1972      Prix international de l’exposition « Troisième Civilisation » à Tokyo.

 

En permanence à la galerie l'Estampe depuis 1989.